16/06/2008

665me jour au Paradis...

Lundi…

péché02


Sept…sept péchés capitaux et je termine déjà leur énumération par celui que je déteste le plus, car il montre bien jusqu’à quelle bassesse est parvenue l’espèce humaine.  J’exècre l’envie, en tant que tentation perverse, ce vice contraire à tout amour, cette abomination qui fait mourir…d’envie.

L’envie est née du premier gibier tué par Homo Sapiens, de la première femme qu’il a traîné en triomphe devant tout le clan réuni, de la première étincelle de feu qu’il a produite.  Son voisin, toujours en retard d’une guerre, ne pouvait supporter l’idée de ne pas avoir ce que l’autre possédait.  Et de fil en aiguille, d’or en dollars, de javelot en missile nucléaire, la convoitise a solidement et durablement enveloppé les Etres Humains d’un épais manteau.  Car peuvent passer la gourmandise, la luxure ou la paresse, l'envie est de toutes les passions humaines la plus constante.

De nos jours, l’envie se nourrit, entre autres, des refus essuyés.  L’enfant n’aura jamais plus envie d’un jouet que si celui-ci lui est refusé.  L’adulte n’aura que plus envie de ce qu’il sait ne pas pouvoir s’offrir.  Mais les Unités Carbones doivent tout d’abord apprendre à porter une solide cuirasse : elles ont deux choses à craindre : l'envie des amis et la haine des ennemis.  Parce que l'envie ronge les envieux comme la rouille ronge le fer. Bouddha, dans son infinie sagesse a dit ces mots : ‘celui qui a écarté la convoitise, la haine et la sottise, ressemble à un miroir frotté’.  

Mais quand l’envie devient goût, quand la jalousie devient appétence et quand la convoitise devient inclination, des horizons nouveaux s’ouvrent aux Humains.  Tout n’est pas négatif, dans l’envie de bien faire, dans l’envie de plaire, dans l’envie de donner envie d’avoir envie. Toutes ces autres facettes d’un même terme poussent à la sublimation, à l’envie de se surpasser.  Sans qu’une once de caprice ou de tentation ne vienne entacher ce désir, somme toute utile.  Mais le côté obscur du péché est bien trop tentant, et des prémices d’une vertu cardinale, les Mortels auront tôt fait une perversion.  Ainsi va la nature humaine.

Un écrivain antique dont le nom m’échappe a dit un jour que l'envie, c'est la douleur de voir autrui posséder ce que nous désirons ; la jalousie, de le voir posséder ce que nous possédons.  Aucun être humain ne semble capable de pouvoir se contenter de ce qu’il a et d’être content qu’un autre que lui aie la même chose.  Ce qui est à moi ne sera jamais à toi, ce qui est à toi devrait nécessairement aussi être à moi.  Philosophie de comptoir et preuve manifeste de l’égocentrisme forcené de la race humaine.  Je ne suis même pas propriétaire de mon nuage et je me moque comme d’une guigne que celui de mon voisin soit plus gros que le mien.  J’ai un lieu où poser mes fesses, un toit pour abriter mon auréole et une compagne pour consoler mes tourments.  Je suis l’Ange le plus chanceux du Ciel et cela me suffit.  Alors, pourquoi ne pas accepter et respecter le bien d’autrui, alors que l’on est encore vivant ?  Cela me dépasse.

L'envie est un vice mesquin, sordide, le vice du forçat qui boude parce que son compagnon de captivité a reçu une plus forte ration de soupe. Même si des choses immondes y flottent.  Plus je regarde les Humains envier leur prochain et plus j’ai envie de leur flanquer des baffes.  Je me retiens mais ce ne n’est pas l’envie que m’en manque !

A demain, les Mortels !

19:21 Écrit par Damabiah dans Vie quotidienne | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : envie, desir, damabiah, pensees, jalousie |  Facebook |

Commentaires

un ch'ti coup de main?
une belle soirée à toi
bisous

Écrit par : nanny | 16/06/2008

*oo* Il est tard, suis fatiguée et là, j'ai juste envie de te souhaiter une belle nuit, pas trop dure la reprise du boulot ?

Bisous Alex :-)

Écrit par : Loo | 16/06/2008

~Réponse à Loo~ Oui, la reprise a été difficile.
Je me sens comme un étranger parmi des gens qui semblent avoir oublié jusqu'à mon nom.
Impression curieuse et désagréable.

Écrit par : Damabiah | 17/06/2008

Les commentaires sont fermés.