25/06/2008

675ème jour au Paradis...

Jeudi…

mobilehome


Ne vous étonnez pas du jour indiqué mais même au Paradis on est overbooké...Donc, j'ai anticipé demain.  Le Ciel peut attendre et les lecteurs être cléments avec mon humble personne.

Les jours rallongent, le soleil se fait généreux et un parfum enivrant de liberté vient titiller les narines frémissantes.  ‘Ils’ se préparent fébrilement à la grande transhumance annuelle.  ‘Ils’ soignent amoureusement monture et équipement, pour que le jour venu, ‘ils’ soient les plus beaux, les mieux équipés et les plus rapides au départ.  ‘Ils’, ce sont les Nouveaux Nomades, qu’au Paradis nous appelons ironiquement les ‘nonos’.  Une nouvelle race d’humains qui nous fait bien rigoler.

Ces nonos tractent derrière eux un ersatz de maison de plastique, de métal, de métaux composites ou même de bois.  Si, autrefois, le nomade aguerri traînait biens et famille au hasard de ses pérégrinations saisonnières, faisant fi du confort, de la vitesse et de la sécurité, il ne profitait également que de la protection précaire et spartiate de huttes et de tentes montées à la va-vite.  Les Nouveaux Nomades, eux, ne jurent que par le luxe des mobiles homes, des camping cars ou des caravanes, richement dotés en matériel dernier-cri.   Comme jamais auparavant, le terme emporter sa maison avec soi n’a pris autant de sens.

De la cuisine équipée au living confortable, des chambres spacieuses aux commodités douillettes, le nono n’a négligé aucun détail, il n’a pas regardé à la dépense pour offrir à sa petite famille un voyage aussi peu traumatisant que possible, dans un environnement qu’il pense un rien saltimbanque.  Elle est bien révolue, l’époque héroïque des voyages en voiture poussive tirant une minuscule caravane où devait s’entasser péniblement toute une famille.  Elle était quand même bien sympathique, cette période où on s’arrêtait fréquemment pour découvrir des petits coins typiques qui cachaient mille et un secrets, du merveilleux petit restaurant gastronomique pas cher à la petite plage sauvage, ignorée de tous.  

Aujourd’hui, les nonos allument leur GPS, entrent leur destination, programment les pauses de repos et démarrent aussitôt.  But avoué : rejoindre leur lieu de villégiature le plus rapidement possible.  On ne sait jamais, le soleil aurait peut-être décidé d’arrêter de se lever pendant quelques semaines.  Qui sait ?  Les Nouveaux Nomades me font rire, quand ils parlent de partir à l’aventure.  Où est l’aventure, quand une voix chaude et sensuelle vous indique les bons endroits où bien manger ou les curiosités à visiter, en vous invitant à choisir pour vous le meilleur itinéraire ?

Le grand poète Omar Khayyâm a dit un jour que la vie passe, rapide caravane !  Arrête ta monture et cherche à être heureux.  Les nonos n’ont pas le temps pour le bonheur : le temps, c’est de l’argent.  Et au prix des emplacements, autant arriver le premier pour choisir le meilleur.  Leur sens aiguisé du nomadisme les pousse à quitter une position fixe pour en occuper une autre, le plus rapidement possible.  Leurs ancêtres doivent s’arracher les cheveux !  Eux qui avaient tant de peine à faire jaillir une étincelle pour allumer une simple braise regardent leurs descendants allumer adroitement le barbecue.  Eux qui connaissaient mille morts afin de ramener de la nourriture au clan observent leur lointaine progéniture prendre la voiture pour aller faire ses courses au supermarché du coin.  Oui, la culture du nomadisme a vraiment changé !

Mais il demeure des puristes, des défenseurs du nomadisme ancestral : en roulotte, en péniche, ou même à pieds, ils rendent hommage à leurs illustres prédécesseurs.  Grâce leur soit rendue !  

A bientôt, les Mortels !

Commentaires

coucou,
une belle journée pour ton blog
j'en suis ravie
petit coup d'oeil à la manchette
bisous

Écrit par : nanny | 26/06/2008

bonjour quelle est loin cette époque !!! une vieille camionnette...un matelas parterre !!!
bon belle journée amitié

Écrit par : nays | 26/06/2008

~La caravane passe...~ ...Et les commentaires aussi.
Merci de ne pas oublier, c'est si gentil !

Écrit par : Damabiah | 26/06/2008

Les commentaires sont fermés.