05/08/2008

715ème jour au Paradis...

Mardi…

 

fils_de_pub

 

De mon perchoir nuageux, je me sens l’âme d’un scientifique en train d’observer un univers en miniature au travers de son microscope.  Les homoncules qui se démènent dans tous les sens loin, très loin de ma béate sérénité me semblent souvent si bizarres et si imprévisibles que je défie tout chercheur de qualité de me prouver que l’anthropologie est une science exacte.  Pour illustrer ma thèse sur l’imprédictibilité de la nature humaine et son goût de l’irrationnel, je vais vous parler aujourd’hui de la publicité.  Ou plutôt de l’art de vendre son produit en le détournant.  Au point de le rendre parfois…surréaliste.

Au commencement étaient les annonces commerciales.  Brut de coffrage, allant droit à l’essentiel et utilisant des accroches qui frisaient le poétique : ‘Du bon, du bon, Dubonnet’, ‘On a toujours besoin de petits pois chez soi’, ‘Vahiné, c’est gonflé’, etc…  Epoque héroïque où les brainstormings actuels n’existaient pas encore et où le produit l’emportait sur le message.  Heureux temps préhistoriques qui ne pouvaient pas prévoir que la société de consommation allait changer la donne, remodeler les échelles de valeurs et réinventer les moyens de vendre les marchandises, quelles qu’elles soient.

Vint alors la Publicité, balayant les anciens concepts, dépoussiérant les méthodes ancestrales de vente et ne reculant devant aucun slogan provocateur pour appâter le client.  Affiches gigantesques, femmes nues, publicités subliminales, spots télé à outrance, omniprésence dans les médias, matraquage de masse.  Bref, on était passé du tortillard de bon-papa au bolide customisé du petit-fils.  Les programmes télé étaient débités en pauses publicitaires comme autant de saucissons sur les étals des charcutiers.  La saturation n’était pas loin et l’overdose de seins, de fesses, de voitures, de lotions, et que sais-je encore, guettait le citoyen lambda.  A ce moment, les publicitaires eurent l’idée des réclames intelligentes, drôles ou intellectuallisantes.  On demandait au consommateur un effort de réflexion, donc de concentration, donc d’attention.  Simplement génial !

Et cela a donné des merveilles de surréalisme.  Pour peu que le client soit influençable ou tout simplement crédule, il croira que si c’est présenté, c’est que cela existe.  Cela engendrerait des catastrophes.  Je ne citerai pas de marques, mais les fils et filles de la pub que vous êtes y mettront rapidement un nom.  Ainsi, personne ne songera à déranger la sympathique compagnie de pompier chargée d’éteindre le feu dans nos intestins et de veiller sur nos parois gastriques.  De même, vous considérez avec plus de respect le distributeur de soda qui vous délivre votre commande, quand on sait que dans la chaîne de distribution interne, il y a un monde fou qui y travaille et qui fait un sacré boulot.  Voudrez-vous manger un jour ce homard crooner et son chœur de poissons qui réclament de l’eau minérale ? Chasserez-vous ces marmottes laborieuses qui distribuent si adroitement les commandes d’un chocolat suisse ?

Dans un autre registre, saviez-vous que les habitants de la très huppée Beverly Hills rangent sagement leurs grosses et coûteuses voitures, une fois les touristes passés, pour enfin prendre leur VRAIE voiture : une française, évidemment ?  Et je terminerai par cette campagne de pub pour un déodorant masculin qui rend ir-ré-sis-ti-ble auprès des dames tout mâle qui le porte.   Je l’ai essayé de mon vivant et je dois avoir fait une fausse manœuvre parce que cela ne fonctionnait absolument pas avec moi !  Trop tard pour me faire rembourser, je pense ! 

A bientôt, les Mortels !

12:50 Écrit par Damabiah dans Humour | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : pub, publicite, reclames, damabiah, humour |  Facebook |

Commentaires

*oo* J'aime beaucoup les slogans de pubs, il y a de petites merveilles parfois !

Bof, si ça n'a pas marché de ton vivant, te voilà de toute façon en odeur de sainteté à présent ;-)

Bisous Alex, belle soirée !

Écrit par : Loo | 05/08/2008

Que dire de plus.... une réflection encore une fois à la hauteur ! Bravo.A+

Écrit par : Titine & Chacha | 07/08/2008

Coucou Un petit massAnge

Écrit par : Maïko | 12/08/2008

oups ! Je voulais dire messAnge

Écrit par : Maïko | 12/08/2008

j'adore la pub! bon, rien à fiche des bonnes femmes en vert qui dansent sur l'air de c'est la MAAF, que je préfèrerais c'est la baffe dans leur cas mais les belles, avec images sublimes de beau gosse ou belle fille encore que je préfère nettement le 1°... je me disais que plus personne ne croyait à la pub et puis dernièrement en faisant mon marché j'ai eu l'occasion d'entendre une vieille dame demander à un gars qui met dans les rayons pourquoi il n'avait pas de jambon madrange. hé ho! si véronique jeannot en mange, qu'est ce qu'il doit être bon! alors le super market local avec son label rouge, il devra aller se rhabiller ou se réapprovisionner en fonction de la pub du moment!
j'ai débuté ma vie pro moi dans les prémices de la pub qu'on appelait encore réclame. je me souviens de la capagne pour le sucre ou on jouait d'astuves pour tenir le petit carré au bord de la tasse avant de le faire glisser lentement dans le café occasionnant un joli raz de marée d'éclaboussures esthétiques. à l'époque, on ne faisait pas des marques mais des produits: suivez le boeuf étant le plus célèbre.
bon voilà, je t'ai encore mis un feuilleton. bises Alex, à bientôt!

Écrit par : mimi | 12/08/2008

Les commentaires sont fermés.