31/08/2008

741ème jour au Paradis...

Dimanche…

 

j_ai_un_secret

 

Quand j’ai vu arriver mon ange céleste, mon amour d’angelote, l’auréole échevelée et toutes ailes dehors, j’ai commencé à m’inquiéter.  Quand j’ai vu son air de conspiratrice et son regard brillant, j’ai commencé à paniquer.  Messieurs, soyons lucides : lorsque une femme, toutes natures confondues, vous regarde ainsi, vous pouvez être certain que cela donnera quelque chose du genre : ‘tu ne le croiras jamais !’ ou ‘j’ai un secret à te confier’.  Et là commenceront les ennuis.

Selon toute logique, un secret n’en est pas vraiment un, puisqu’il implique que celui qui le révèle met dans la confidence celui qui en devient le dépositaire.  Terrible paradoxe que ce ‘je vais te confier un secret’.  Nous traînons nos secrets comme autant de pesants boulets et de fardeaux encombrants.  Quelle torture que de passer son temps à se surveiller, à éviter la moindre allusion, le plus petit indice ou le sous-entendu malheureux.  Nous prions aussi pour ne pas croiser le regard ou le chemin de la personne à l’origine du secret.  Pour alléger notre conscience, nous pouvons toujours nous rabattre sur le secret (encore !) du confessionnal ou le secret médical mais si cela soulage à court terme, ce n’est qu’un cautère sur une jambe de bois.

Pour que demeure le secret, il faudrait taire jusqu’au silence.  Mais dans nos sociétés capitalistes, au pouvoir d’achat dégringolant, si le silence est peut-être d’or, la parole est d’argent.  C’est plus pratique.  Soit dit entre nous, un secret n’est-il pas rien d’autre qu’une forme subtile de déni de ses responsabilités, le besoin atavique de s’ôter un poids de la conscience, une volonté de se dédouaner en minimisant une faute commise, une pensée interdite ?  Dans le meilleur des cas, il ne faut confier son secret qu'à celui qui n'a pas cherché à le deviner.  Et qui ne vous jugera pas.  C’est affreux de connaître le secret de quelqu’un et de ne pas pouvoir l’aider.  Voltaire affirmait sagement que dire le secret d’un autre est une trahison, dire le sien est une sottise.  Vérité vraie.

Dans cette course au silence, la plupart des femmes semblent mieux armées pour divulguer secrets et ragots plutôt qu’à les taire.  J’ai bien dit la plupart, car certaines deviennent muettes comme des tombes, conservant jalousement le secret dans le coffre-fort de leur mémoire, au point d’oblitérer le secret lui-même.  Sacha Guitry disait que c'est une erreur de croire qu'une femme peut garder un secret. Elles le peuvent, mais elles s'y mettent à plusieurs.  Or donc, la majorité des femmes (et tous les hommes, car nous sommes des êtres faibles et lâches par nature) prennent un malin plaisir sadique à tenter de mettre dans la confidence un maximum de personnes dans le vain espoir de diminuer d’autant le poids des cachotteries embarquées. 


Alors, quand on me voit m’éloigner de toute forme de secret avouable ou inavouable, ce n’est pas faire preuve de pusillanimité mais bien de sagesse.  Pour vivre heureux, vivons l’esprit tranquille.  Je n’ai pas gagné mon Paradis pour m’encombrer de certaines contingences qui faisaient le malheur de l’humanité !  Je terminerai par cette phrase de Vladimir Jankélévitch : ‘quand on pense à quel point la mort est familière, et combien totale est notre ignorance, et qu'il n'y a jamais eu aucune fuite, on doit avouer que le secret est bien gardé !’.  Je ne vous le fait pas dire !

A bientôt, les Mortels !

12:55 Écrit par Damabiah dans Humour | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : secret, confidence, sarah, cachotterie, damabiah, humour, pensees |  Facebook |

Commentaires

en réponse à ton com bien sur qu'il faut penser à soi c'est sur mais sans les autres où serions nous?
on a tous besoin de quelqu'un pour être soi!
bon dimanche bizz

Écrit par : Anne | 31/08/2008

ah les secrets! figure-toi que j'ai passé 20 années de ma vie à garder un secret, même si parfois tu as envie de te confier (un secret à moi veux-je dire!) pour apprendre un jour par hasard que ce secret était celui de polichinelle, que tout le monde savait mais que moi je l'ignorais et le taisais. je n'en ai pas moins continué à me taire, le pli est pris et il y a des choses qu'à mon âge on tait:-)!
celà dit, je sais trés bien garder pour moi toutes les confidences, je détesterais ragoter. mieux, quand quelqu'un tente de me confier quelque chose sur quelqu'un d'autre je dis stop parce que j'estime que si la prsonne concernée veut me parler elle le fera elle, et en toute connaissance du sujet.
une sainte? non! c'est ma nature, motus et bouche cousue!
bises Alex, bonne soirée!

Écrit par : mimi | 31/08/2008

*oo* Il y a parfois des secrets très lourds à porter.
Les révéler peut être catastrophique.
Les taire peut détruire une vie.

J'aime bien la conclusion ;-)

Bisous Alex, belle soirée !

Écrit par : Loo | 31/08/2008

Les commentaires sont fermés.