14/09/2008

755ème jour au Paradis...

Dimanche…

 

extrapolation_friction

 

Un Sage a dit un jour (je crois bien qu’il s’agit de Confucius) que nulle pierre ne peut être polie sans friction, nul homme ne peut parfaire son expérience sans épreuve.  Dans ma quête perpétuelle de la compréhension des ressorts internes de mes frères mortels, j’ai découvert que si toute action entraîne une réaction, toute décision appelle nécessairement des discussions.  Tournant parfois au vinaigre, voire à l’algarade.  Il ne fait aucun doute que même dans leur propos, les Humains recherchent systématiquement la contradiction.  Histoire de ne pas avoir capitulé sans avoir résisté au préalable.

Si les symptômes sont connus, l’origine du mal reste parfois mystérieuse.  Comment une discussion entre adultes vaccinés et potentiellement responsables peut-elle se transformer en joyeuse querelle ?  La dispute alimente la dispute et engloutit ceux qui s’y plongent.  La vie est un éternel recommencement : on s'étudie trois semaines, on s'aime trois mois, on se dispute trois ans, on se tolère trente ans et les enfants recommencent.  A croire vraiment que les altercations sont considérées comme une méthode thérapeutique d’évacuer son stress : à ce petit jeu-là, et connaissant la propension de mes congénères à la violence, je crains fort que toute querelle, aussi bénigne soit-elle, ne se transforme en pugilat général.

C’est vrai que le bonheur, c’est plein de disputes.  Mais connaissant le caractère entier des Unités Carbones, je ne me fais pas d’illusion : dans ce genre de bataille, il n’y aura toujours que des victimes.  Les coupables ne voudront jamais se dénoncer.  A mon sens, les querelles ne dureraient pas longtemps si les torts n’étaient que d’un côté. Nous savons pertinemment bien qu’un vainqueur ne voudra pas reconnaître ses erreurs.  Encore ce besoin d’égotisme propre à la race humaine.  Oscar Wilde définissait cet état de fait en disant qu’être bon, c'est être en harmonie avec soi-même. La discorde, c'est être forcé à être en harmonie avec les autres.

Friction du matin, chagrin ; friction du soir désespoir.  Alors que les Occidentaux ont fait du crêpage de chignon un sport quasi national, les Chinois ont un proverbe pour mettre tout le monde d’accord : dans une dispute il y a deux bouffons ; dès que l'un cède, les deux y trouvent leur compte.  Poétique, non ?  A quoi sert de se quereller, quand le raccommodement est impossible ? Le plaisir des disputes, c'est de faire la paix, n’est-ce pas ?  Et pourtant, pour être en paix avec soi-même, il faut parfois faire la guerre.  Sans exagérer, cependant.  Car l'esprit humain est un mystère ; il est force et faiblesse en même temps.  Colère et sérénité, temps clair et intempéries.

La vie est trop courte pour qu’on se dispute.  Rancœur, rancune, ressentiment et amertume sont autant de poisons qui minent l’existence et qui provoquent, par ricochet, de nouvelles vagues de différends, de discordes et de contentions.  Je me pose souvent la question de savoir si l’espèce humaine sera un jour capable de passer au-dessus de ces contingences émotionnelles pour enfin atteindre un nirvana de discussions paisibles et enrichissantes ou de beaux moments de quiétude et de paix de l’âme.  Henri Jeanson a dit que par terre, on se dispute, mais au lit, on s’explique.  Et sur l’oreiller, on se comprend !

A bientôt, les Mortels !

Commentaires

bonour damabiah ce soir je t'invite virtuellemnt à trinquer ave nous pour notre 1er anniversaire de mariage !!! champagne!
bzz

Écrit par : anne | 15/09/2008

bonour damabiah ce soir je t'invite virtuellement à trinquer avec nous pour notre 1er anniversaire de mariage !!! champagne!
bzz

Écrit par : anne | 15/09/2008

Bonsoir. J’ai trouvé ce texte dans « l’encyclopédie du savoir universel » de Bernard Werber.
Entre,
ce que je pense,
ce que je veux dire,
ce que je crois dire,
ce que je dis,
ce que vous avez envie d'entendre,
ce que vous croyez entendre,
ce que vous entendez,
ce que vous avez envie de comprendre,
ce que vous croyez comprendre,
ce que vous comprenez.
Il y a dix possibilités qu'on ait des difficultés à communiquer.
Mais essayons quand même...
La prochaine fois que quelqu’un explose de colère contre moi, je tiens le coup, je me relaxe dans ma chaise et je prends bien appui sur mes pieds, je n’oublie pas de respirer à fond et j’essaie de découvrir le message qu’il cherche maladroitement à me transmettre.
Trouver dans "un temps pour être bien dans sa peau."
J'essaierai aussi de faire taire la colère qu'il y a en moi...

Écrit par : Maïko | 16/09/2008

*oo* Tous les matins, je me dispute avec mon réveil,
j'ai beau lui remettre les pendules à l'heure,
il finit toujours par avoir le dernier mot ;-)

Belle journée Alex, bisous !

Écrit par : Loo | 18/09/2008

un p'tit coucou pour te remercier de tes coms et te souhaiter un bonne après midi
bizz

Écrit par : anne | 18/09/2008

COCORICOOO.... Et bien voilà, déjà le dernier de la semaine...Jour de relâche exceptionnel aujourd’hui...C’est l’occasion pour nous de venir te souhaiter un bon et agréable week-end. Je n’ai pas beaucoup de temps pour le moment pour venir, entre les cours d’informatique le matin et (peut-être) l’après-midi aussi en anglais, les transports en (omni)bus (entre 1h30 et 3h°° de trajet) il me reste peu de temps pour passer sur les blogs des z’ami(e)s... !!! Heureusement que j’ai de précieux collaborateurs(trices) sur le blog qui n’hésitent pas à mettre la main a la pâte !!!. Nous te souhaitons un excellent week-end et t’envoyons un Max de bixous XXXXX.....A+

Écrit par : Titine & Chacha | 19/09/2008

merci pour tes coms super ben dis donc quand va tu nous poster un autre texte,
on attend nous lol
bizz bonne fin d'après midi

Écrit par : anne | 19/09/2008

Les commentaires sont fermés.