24/12/2008

856ème jour au Paradis...

Mercredi…

joyeusetes_noel

Etranges créatures que les mortels humains : pétris de contradictions, ils n’en conservent pas moins le goût des traditions, quitte à porter de sérieux coups de canifs à leurs convictions les plus intimes.  En effet, combien de communistes n’ont-ils pas assisté dans le plus grand secret à des messes, alors même que le régime soviétique l’interdisait formellement ?  Combien de fanatiques des nourritures blanches n’ont-ils pas fait preuve de fantaisie en ajoutant des touches de vert à leur repas ?  Combien d’amateurs de bel canto et de rock’n’roll ne se sont-ils pas surpris à suivre avec un ravissement coupable le Concours Eurovision de la Chanson ?  Ainsi en va-t-il d’une tradition typiquement de saison : la distribution des cadeaux de Noël

En fait, tout dépend des individus qui offrent des présents de Nowel (comme l’appelle un gentil chérubin du nuage d’à-côté).  Certains offrent des gouvernements, c’est très tendance et furieusement d’actualité : cadeau empoisonné, car le papier d’emballage et la taille du paquet cachent parfois un vide intersidéral.  Et comme il n’y a aucune garantie ni ticket de caisse, impossible de s’en débarrasser.  Il vous faut l’accepter, quitte à l’abandonner dans un coin d’une penderie ou dans une malle fermée au grenier.  Quand on vous offre un gouvernement, Mortels, vérifiez toujours qui vous fait le cadeau.  Pour le lui jeter à la figure, le cas échéant.

Sur cette bonne vieille Terre, les Unités Carbones s’offrent aussi des scandales.  Ce n’est pas cher et cela peut rapporter gros.  Plus clinquants que des faillites et plus discrets que des magouilles, ces cadeaux réjouissent les nantis mais catastrophent les petits revenus.  Présents sans emballage, ce n’est jamais un cadeau que de les trouver sous le sapin.  Ils vous pètent à la figure et provoquent des dommages collatéraux aussi violents qu’inattendus.  Et quand la banque à qui vous avez emprunté de l’argent pour vos cadeaux de fin d’année emprunte votre argent pour rembourser les emprunts qu’elle a faits auprès d’autres banques, c’est à se demander si un gros bas de laine ne serait pas préférable à un petit compte en banque.

Et que dire de ces merveilleux cadeaux que sont la baisse du pouvoir d’achat et la récession économique ?  En voilà des bienfaits de la société de consommation qu’on se serait bien gardé d’accepter !  La Planète Bleue est en train de virer au vert du dollar américain et aux couleurs chatoyantes de l’euro.  Tout est argent et l’argent est tout.  Mais les enfants ne comprennent pas vraiment ces tourments d’adultes : les entreprises vantent leurs jouets et les magasins les poussent à pousser leurs parents à l’achat.  Et que dire de Noël lui-même ?  La sobre fête traditionnelle chrétienne est déjà bien loin, écrasée par le tout puissant Réveillon moderne et sa débauche alimentaire et pécuniaire.  Je suis mort de rire (private joke angélique) en voyant les télévisions terrestres et leurs reportages sur les humains conscients des sacrifices à faire.  Mais se priver pour les Fêtes de fin d’année ?  Ah ça, non, mon bon monsieur : les traditions sont les traditions.

Quelles traditions ?  Les premiers chrétiens fêtaient-ils Noël au foie gras, à la dinde ou au champagne ?  Mangeaient-ils des bûches glacées en regardant l’arbre de Noël qu’ils avaient amoureusement décoré ?  Tout cela n’est que commerce et lucre.  Même le Père Noël est devenu américain, habillé en rouge par la magie d’une boisson gazeuse toute-puissante.  Le plus cadeau que je puisse vous offrir pour ce Noël, c’est la paix et la fraternité.  Et encore… je parierai mon auréole que les dirigeants du monde vous priveront bien de ces cadeaux-là !

A bientôt, les Mortels !

13:21 Écrit par Damabiah dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : noel, cadeaux, presents, joyeux, damabiah, humour |  Facebook |

Commentaires

Un petit cadeau ? Oui, je prendrai bien un petit commentaire sur mon blog, mouai, joyeux Noël à toi l'ange.

Écrit par : Maïko | 24/12/2008

Les commentaires sont fermés.