03/01/2009

866ème jour au Paradis...

Samedi…

guerre_pour_la_paix

Si la fortune vient en dormant, la paix vient en mourant.  Dans cet univers militarisé dont les soubresauts politiques donnent la nausée, les colombes se font facilement croquer par les faucons et les rameaux d’olivier se font brûler par des missiles en tout genre. Puisque la mort est la paix éternelle, si tu veux la paix, fais le mort.

Soyons honnêtes : sur cette bonne vieille Planète Bleue que je chéris tant, la paix, si tant est qu’elle existe réellement, est un mot vide de sens.  Comment vivre en paix avec l’univers qui vous entoure si vous n’êtes pas capable de faire la paix avec vous-même ?  Pour faire la paix, il faut être deux : soi-même et le voisin d’en face.  Il est tellement plus facile de frapper la joue gauche que de tendre la joue droite, n’est-ce pas ?  John Fitzgerald Kennedy a dit un jour que nous ne devons pas nous reposer sur nos acquis, mais nous efforcer de construire la paix, de vouloir que la paix soit dans le coeur et dans l'esprit de chacun.  On sait ce qu’il en est advenu…

La Guerre nourrit des entreprises, la Paix les détruit.  La logique de la guerre moderne prend en compte des facteurs aussi pernicieux que la création et la sécurité de l’emploi, l’essor économique et les dividendes qu’elle fait rentrer dans les caisses d’un Etat.  Que peux faire la Paix, face à de tels arguments ?   Le bonheur n'est pas le fruit de la paix, le bonheur c'est la paix même.  Mais comment y parvenir quand la solution ressemble à la quadrature du cercle ?  Jean Jaurès avait bien défini la complexité de la dualité entre guerre et paix, quand il affirmait que La paix n'est qu'une forme, un aspect de la guerre : la guerre n'est qu'une forme, un aspect de la paix : et ce qui lutte aujourd'hui est le commencement de la réconciliation de demain.

Bizarrement, si une mosaïque de guerres ethniques, tribales et locales sont monnaie courante, une mosaïque de paix est quasi impossible.  Si chacun des groupes ethniques, religieux ou linguistiques prétendait au statut d'Etat, la fragmentation n'aurait plus de limite et la paix, la sécurité et le progrès économique pour tous deviendrait toujours plus difficile à assurer.  La paix doit être globale ou elle ne sera pas.  Il n’y pas de guerre juste ou de paix juste : il n’y a juste que la guerre et la paix.  Hérodote a écrit qu’ en temps de paix, les fils ensevelissent leurs pères ; en temps de guerre, les pères ensevelissent leurs fils.  Quel est le choix à faire, à votre avis ?

Les hommes de paix se reconnaissent entre eux et ils parlent entre eux de la meilleure façon de parvenir à leurs fins; les hommes de guerres se reconnaissent entre eux et ils n’ont pas besoin de parler, ils connaissent d’avance la meilleure manière de parvenir à leurs fins : mettre fin aux agissements des pacifistes.  Etre belliqueux, c’est facile.  Mais la paix n'est pas comparable à un objet précieux qui nous appartient. Il faut toujours la conquérir.  Les pessimistes n’hésitent pas à pointer du doigt le paradoxe des paradoxes : la paix rend les peuples plus heureux, et les hommes plus faibles.

Du haut de nos bienheureux nuages, nous avons la dent dure avec nos Frères vivants : vous êtes une civilisation qui sait faire la guerre, mais qui ne sait plus faire la paix.  Nous sommes quand même confiants : la paix universelle se réalisera un jour, non parce que les hommes deviendront meilleurs mais parce qu'un nouvel ordre, une science nouvelle, de nouvelles nécessités économiques leur imposeront l'état pacifique.

A bientôt, les Mortels !

13:35 Écrit par Damabiah dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : paix, guerre, damabiah, pensees |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.