18/01/2009

881ème jour au Paradis...

Dimanche…

prudence

La prudence s’impose quand il s’agit de parler de la prudence.  Est-elle une qualité ou un défaut ?  Est-elle preuve de sagesse ou de lâcheté ?  En fait, il y a autant de prudences qu’il y a de cas où le Mortel moyen doit réfléchir.  Quand donc le prudent devient-il pusillanime ?  Quand donc le fonceur devient-il inconscient ?

La prudence devient discernement quand elle touche à des domaines pointus et épineux comme la santé ou la diplomatie.  La santé est un bien trop précieux pour que les Unités Carbones spéculent à la légère.  Le SIDA n’a-t-il pas creusé son lit sur l’irresponsabilité et la méconnaissance de certains ?  Mal d’amour, mal du siècle : la prudence et l'amour ne sont pas faits l'un pour l'autre : à mesure que l'amour croît, la prudence diminue.  Et en diplomatie, la prudence est une assurance-vie sur un avenir à court terme.  En effet, un homme d'Etat de valeur devra avoir deux qualités essentielles : la prudence et l'imprudence, et en jouer avec talent.  Autrefois, il était tenu pour acquis que la prudence surpassait les autres vertus comme la vue surpasse les autres sens.  Est-ce toujours d’actualité ?  Oui, dans bon nombre de domaines.  Mais…

… De toutes les formes de prudence, la prudence en amour est peut-être celle qui est la plus fatale au vrai bonheur.  En ces temps difficiles, Les hommes divisent instinctivement les femmes en deux catégories : les femmes comme il faut et les femmes comme il en faut...  A la recherche du partenaire idéal, les humains des deux sexes se perdent dans une prudence extrême, fruit de l’observation des misères conjugales et des divorces à outrance.  Les divorcés deviennent célibataires ; les célibataires deviennent prudents.  Diviniser la femme ou l'abaisser, c'est toujours la tenir à distance.  Rêver à l’Homme Parfait ou vivre avec, c’est toujours finir dans la lassitude. 

Quand la prudence est partout, le courage n'est nulle part.  La prudence, c'est la peur marchant sur la pointe des pieds ; elle est sans doute une qualité mais n’en faisons pas une vertu, car avec de la prudence, on peut faire toute espèce d'imprudences et elle nous dominerait tout entiers.  Est-ce que l'espèce humaine aurait survécu si elle n'avait pas connu la peur ? Et donc la prudence ? Et donc la ruse ?  Finalement, beaucoup d’Ephémères pensent sincèrement que la vie est plus belle que la prudence.

Dans cette société multimédia à outrance qui vous caractérise, Mortels, la plus grande prudence est de mise devant le flot continu de données que vous recevez.  Il y a deux sortes de téléspectateurs, ceux qui avalent les nouvelles comme oies au gavage et ceux, attentifs, qui savent que sous l'avalanche ininterrompue d'informations insignifiantes, plus personne ne sait où puiser les informations intéressantes.  Bien informés, les hommes sont des citoyens ; mal informés ils deviennent des sujets.  Il y a également deux sortes de lecteurs : ceux qui traversent les livres avec prudence et ceux qui, tout aussi prudemment, laissent les livres les traverser.

La prudence est la mère de la porcelaine.  Qu’elle porte le nom de tact, pour désamorcer les crises, celui de mesure, quand il s’agit d’exprimer une émotion ou celui de vigilance, dans beaucoup de situations, elle doit être employée à bon escient.  Le prudent avisé reste celui qui manipule la prudence avec prudence.  Je finirai par une note d’humour : le comble de la prudence ?  Marcher sur les mains, de peur de recevoir une tuile sur la tête.

A bientôt, les Mortels !

Commentaires

*oo* C'est aussi de regarder derrière soi quand on traverse la rue ;-)
Bisous Alex, bon dimanche !

Écrit par : Loo | 18/01/2009

Les commentaires sont fermés.