20/01/2009

883ème jour au Paradis...

Mardi…

reve_americain

C’est jour de liesse populaire, chez mes Frères Mortels nord-américains.  Ils fêtent l’investiture de leur premier président afro-américain.  Après l’esclavage, l’exil, les humiliations, le rejet et la négation de tout un peuple, simplement à cause de la couleur de sa peau, les voici au sommet de l’Etat.  Barack Obama représente le rêve américain, dans toute sa réussite.  Mais pour un Obama, combien de ses frères de couleur n’ont-ils pas connu le cauchemar américain ?

Le rêve américain d’une vie meilleure dans un pays libre et démocratique ?  ' Faut pas rêver !  S’installer aux USA et obtenir la Green Card, ce sésame indispensable pour songer un jour faire partie de la nation la plus puissante et la plus prétentieuse qui soit, était une loterie pas du tout égalitaire.  Mais depuis les attentats du 11 Septembre, devenir citoyen américain tient du miracle.  Chacun a son Amérique à soi, et puis des morceaux d'une Amérique imaginaire qu'on croit être là mais qu'on ne voit pas.  La réalité ressemblerait plutôt à un lendemain de cuite : il n'y a pas d’espoir d’Amérique pour la simple raison que l'Amérique n'a jamais été innocente. Il est impossible de perdre ce qu'on n'a jamais possédé.

Le rêve américain dans la société de consommation ?  Quand on voit les scandales bancaires d’Outre-Atlantique qui déteignent sur le pouvoir d’achat de l’Européen moyen, les Unités Carbones sont en droit de se demander si ce modèle économique est vraiment le bon.  Et les Américains, friands de grosses voitures, de gros cigares, de gros comptes en banque, de grosses maisons et de grosses poitrines devront faire ceinture et voir plus petit.  Difficile d’imaginer l’Oncle Sam dans une petite voiture économique, roulant ses cigarettes, comptant son maigre pécule dans son modeste appartement en pensant à bobonne, décharnée et d’une consomption inquiétante.  Le pays des grands espaces se contentera-t-il de parcours urbains en ‘tout-électrique’ ?  Pas sûr.

Le rêve américain de citoyens égaux ? Allons, allons, Ephémères : la Déclaration des Droits de l’Homme n’est, ici, qu’un bout de papier qui se laisse interpréter à la guise de ses exécutants.  Ne parlons pas de Guantanamo, verrue hideuse sur le visage lifté d’une Amérique lisse et sans reproches. N’évoquons pas la misère des natifs, tous ces Indiens qui, sous le couvert d’être asociaux et ‘sauvages’, sont exclus des postes de commande.  Bien entendu, l'Amérique avait été découverte avant Colomb, mais le secret avait été bien gardé.  Il a été sans doute admirable de découvrir l'Amérique, mais il l'eût été plus encore de passer à côté.  La main sur le cœur, les politiciens américains affirment que tout ce qui divise les hommes, tout ce qui les spécifie, les isole ou les parque, est un péché contre l'humanité.  La belle affaire.

Le rêve américain servi à toutes les sauces ?  Sauce aigre-douce, voire même amère et soupe à la grimace : leur industrie automobile prend l’eau, Hollywood se décentralise, leur dollar se dévalorise et leur (très récent) ancien président se ridiculise.  Comment rêver, dans ces conditions ?  Les Etats-Unis d'Amérique forment un pays qui est passé directement de la barbarie à la décadence sans jamais avoir connu la civilisation.  Ils ont inventé un système dont ils ont égaré le mode d’emploi et qu’ils essaient de refiler à des nations, béates d’admiration pour un pays si jeune et devenu aussi puissant si rapidement.  Réveillez-vous donc, doux rêveurs !…

A bientôt, les Mortels !

Commentaires

Mais comment vivre sans rêve et sans espoir...
Il en faut des doux rêveurs et des utopistes, ils font avancer les choses, dans le sens positif !
Bisous Alex, belle soirée :-)

Écrit par : Loo | 22/01/2009

BONSOIR les americains on ne sait plus trop c que c'est,ils m'ont toujours fait rire comment des mecs qui portent un brushing peuvent-ils être les maîtres du monde; ok ils ne portent plus le brushing mais ils ont voté par deux fois pour le fric,ils ont supporté sans broncher les faucons de Bush; çà crevait les yeux de tous que la durée de l'occupation ainsi que le declenchement de la guerre en Irak était et reste baseé sur le fric de qques faucons, la démocratie qu'on veut installer partout est ce une bonne chose? comment aton pu supporter Guantanamo; le rêve americain j'ignore si çà tient encore !

Écrit par : elvire | 26/01/2009

Les commentaires sont fermés.