23/01/2009

886ème jour au Paradis...

Vendredi…

pluie_coule_de_source

La Nature a été une Mère bien capricieuse quand le moment fut venu de répartir les climats sur la planète Terre.  Conviées à se pencher sur le berceau des continents, les Fées Météorologiques n’ont pu le faire qu’en ordre dispersé et fort aléatoire.  La répartition  uniforme de leurs bienfaits sur la surface de la grosse boule bleue ne ferait donc pas la pluie et le beau temps.

Si la Fée Soleil arrosa fort généreusement l’Afrique, lui offrant déserts arides et savanes herbeuses, elle ne s’arrêta que quelques instants sur l’Europe, bousculée par la Fée Pluie, qui en perdit sa baguette, égarée dans le couffin européen.  On sait ce qu’il en advint et en advient toujours.  Elles se disputèrent âprement l’Asie, lui faisant don de la mousson, fruit de la colère du Soleil et de la Pluie.  La Fée Froid, profitant de ces querelles sororales, asséna quelques coups par ci par là, s’arrêtant sur le berceau arctique et faisant un coucou prolongé sur le moïse américain et russe.  La Fée Brouillard, arrivée en retard, put concéder quelques bans de brumes aux quatre coins du monde et s’appropria la Grande-Bretagne magnanimement partagée avec la Fée Pluie.  La Fée Soleil étant épuisée par sa tournée météo, elle ne leva que mollement la baguette pour offrir de chiches rayons à Albion.

Ainsi fut réparti le temps, à la va-vite et à la va-comme-je-te-pousse.  Nous sommes loin de l’harmonie universelle tant souhaitée par l’humanité.  A part l’existence de quelques microclimats, havres de paix climatique, îlots de calme barométrique.  Curieusement, je n’ai jamais entendu parler de microclimats maussades ou carrément détestables.  En ces temps de temps incertain, cela fait une macro différence !   Bref, des humains grelottent quand d’autres suffoquent, des Unités Carbones se plaignent des quantités d’eau qui leur tombent dessus alors que des mortels se désespèrent de voir tomber un jour la moindre goutte d’eau.  Les changements climatiques y sont pour beaucoup mais ils n’expliquent pas tout.

La pluie…source intarissable d’eau et de commentaires désabusés.  Somerset Maugham disait par exemple joliment que si les bars à Londres avaient des terrasses comme à Paris, on y boirait des verres de pluie. Les Occidentaux rêvent à de petites pluies courtes alors dans certaines contrées, ce n’est pas la pluie mais bien la sueur des travailleurs qui arrose la terre.  Il faut être l'homme de la pluie et l'enfant du beau temps mais la pluie ne plombe pas que le ciel : les humeurs sont aussi grises que les nuages gorgés d’eau qui passent nonchalamment.  Nombre d’humains voudraient du soleil à forte dose et de la pluie à dose homéopathique et d’autres l’inverse.  Difficile de contenter tout le monde quand le señor Météo fait des siennes !

Durant l’absence de soleil, les rires se font rares et les soupirs essaient de chasser la pluie ; durant l'absence de pluie, ce sont les jeunes arbres qui jaunissent les premiers. Les vieux ont des cachettes souterraines qu'on appelle expérience.  Il faut se rendre à l’évidence : quand tombe la pluie dans une contrée aride, c’est jour de fête mais quand tombe la pluie dans une contrée abondamment arrosée, c’est jour de recueillement.  En province, la pluie devient une distraction, à défaut d’événements marquants.

Je terminerai en disant que la vie c'est comme une fleur, elle a besoin de soleil et de pluie pour s'épanouir.  A vous de choisir la quantité de l’un, la quantité de l’autre.

A bientôt, les Mortels !

13:39 Écrit par Damabiah dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : pluie, soleil, temps, meteo, damabiah, humour |  Facebook |

Commentaires

*oo* Mets tes hauts, mets tes bas, moi je veux du soleil, goutte que goutte ! ;-)
Bisous Alex, belle soirée !

Écrit par : Loo | 23/01/2009

Les commentaires sont fermés.