31/01/2009

894ème jour au Paradis...

Samedi…

accident

La mort n'est plus comprise comme la conclusion logique de toute vie, mais comme un accident de parcours. Et comme pour tout accident, il vaut mieux cacher son existence aux survivants.  Mais la vie aussi est un accident.  Mortel.  Soigneusement dissimulé car quel être humain pourrait supporter sans broncher d’exister temporairement pour disparaître définitivement ?  Les accidents de la vie, matériels et immatériels, physiques et psychologiques, majeurs et bénins sont le piment de l’existence des Unités Carbones.  Existence bien terne et monotone sinon.

Quand les Mortels songent à la vie qu’ils mènent, au monde qui les entoure, à la fin qui les attend, ils n’y croient pas.  Nul doute : l'erreur est la règle : la vérité est l'accident de l'erreur.  Mais les Humains continuent à avancer, ils n’ont pas le choix : pour vivre, marche !  Et supporte les écueils qui se dresseront devant toi.  Il arrive quelquefois des accidents dans la vie d'où il faut être un peu fou pour s’en tirer sans dommages.  L’Homme doit difficilement admettre son état d’organisme périssable, quand il voit que les machines de la nature ont un nombre d'organes véritablement infini, et sont si bien munies et à l'épreuve de tous les accidents qu'il n'est pas possible de les détruire.

Le nom du plus grand des inventeurs : accident.  La plus belle des histoires d’amour : accident.  Le mâle dans l’espèce humaine : accident.  La femelle aurait suffi.  Le nombre de mésaventures qui jalonnent une vie normale est proportionnel à l’envie de vivre.  C’est une alchimie complexe, tordue et symptomatique où, pour prolonger l’une, il faut augmenter l’autre.  Que d’événements sont des vicissitudes obligatoires !  Ainsi, tous les mariages sont des accidents dangereux mais on en réchappe.  Certes, il peut y avoir des accidents dans le couple, mais ce n'est pas parce qu'on crève un jour qu'il faut jeter la voiture.  Dans une relation durable, c'est l'amour qui est essentiel, le sexe n'est qu'un accident.  Les accidents, essayer de les éviter... c'est impossible. Ce qui est accidentel révèle l'homme.

S'il y a tant d'accidents sur les routes, c'est parce que nous avons des voitures de demain, conduites par des hommes d'aujourd'hui sur des routes d'hier.  Non, les accidents de la route ne sont pas dus à l'alcool, ils sont dus à la voiture. La preuve : mettez un alcoolo dans un fauteuil roulant, il ne tuera personne.  La qualité de la conduite par des individus responsables n'est jamais un accident ; c'est toujours le résultat d'un effort intelligent.  Et comme un homme averti en vaut deux, en cas d'accident, n'avertissez personne car ça doublerait le nombre de victimes.

Les méchantes langues diront que de même que le chômage a un seul avantage : les accidents du travail y sont rares, penser est, pour un grand nombre de femmes, un accident heureux plutôt qu'un état permanent.  N’écoutez pas ces persifleurs car la personne humaine, si dépendante qu'elle soit des moindres accidents de la matière, existe de l'existence même de son âme, qui domine le temps et la mort. C'est l'esprit qui est la racine de la personnalité.

La vie, c'est comme le ski. Les accidents les plus graves ont souvent lieu à l'arrêt, quand l'attention se relâche.  Alors, amis mortels, restez attentifs : peut-être vivrez-vous plus vieux !

A bientôt, les Mortels !

Commentaires

"penser est, pour un grand nombre de femmes, un accident heureux plutôt qu'un état permanent." Faudra que tu m'expliques cette diatribe machiste, cher Damabiah ;-)

Écrit par : Nautilus (fâché) | 03/02/2009

Les commentaires sont fermés.