15/02/2009

909ème jour au Paradis...

Dimanche…

quartiers_de_grande_misere

Certains Anges, plus attentifs que d’autres, m’ont fait récemment remarquer que mes articles étaient souvent bien noirs et dépeignaient une réalité humaine bien sombre.  Je n’y puis rien : l’Humanité se présente ainsi à mes yeux de spectateur candide et impitoyable.  La Bonté, la Générosité et la Compréhension sont les filles naturelles de la Misère, de la Pauvreté et de l’Indifférence. 

Cruauté immonde : la pauvreté, on s'en remet. La misère, c'est cette chose atroce, qui coupe les jambes et la tête. La misère, elle, est tragique.  Dans les sociétés mortelles modernes, aucune ville, de moyenne ou de grande envergure, qui n’ait pas ses quartiers de grande misère, où la pauvreté le dispute au sordide.  A croire que les cités développent un circuit de misérabilisme et de paupérisme pour mieux démontrer leur importance stratégique.  Il faut avoir ses pauvres pour montrer sa richesse.  Et de grands coups de balai pour les chasser aux moments opportuns.  Et pourtant, ce sont des êtres humains comme les autres, à la différence près que la vie ne leur a pas fait de cadeaux.  Ou alors qu’elle leur a laissé l’emballage pour distribuer ailleurs le contenu.  Difficile, dans ses conditions, de supporter sa condition d’Etre Humain.  Voltaire avait coutume de dire qu’il ne dépend pas de nous de ne pas être pauvres, mais il dépend toujours de nous de faire respecter notre pauvreté.

Les vices sont cachés par la richesse et les qualités par la pauvreté.  La misère n’a pas de frontières, elle est internationale.  Sur la terre, l'immense majorité des hommes vit dans la misère physique ; le reste vit trop souvent dans la misère spirituelle.  Quel est donc le pire des cas de figure, dans ces conditions ?  Pauvre, on te méprise ; riche, on te méprise.  Mais le mépris du riche est jalousie, alors que le mépris du pauvre est gêne, honte et embarras.  La pauvreté paraît bizarre aux riches. Ils ont du mal à comprendre pourquoi ceux qui ont faim ne sonnent pas pour qu'on leur serve le déjeuner.   Et la richesse paraît bizarre aux pauvres.  Ils ont du mal à comprendre pourquoi ceux qui ont tout peuvent gaspiller autant et penser à remplir le ventre de leurs animaux de compagnie plutôt que celui de leurs propres congénères.

L’argent n’a pas d’odeur mais la pauvreté en a une : il y a une espèce de honte à être heureux face à certaines misères.  Mortels, vous voulez secourir les misérables alors que vous devriez supprimer la misère.  Un emplâtre sur une jambe de bois ne permettra jamais à un cul-de-jatte de guérir.  Les Unités Carbones sont pauvres de leurs miséreux et la situation économique qu’elles connaissent maintenant n’est pas faite pour arranger les choses.  Et les élans espacés de générosité prodigués par les nantis ont parfois un effet pervers : il y a fort à craindre que la charité est le moyen d'entretenir la pauvreté, de la fomenter, de la pérenniser.  Victor Hugo a dit un jour qu’on a voulu, à tort, faire de la bourgeoisie une classe. La bourgeoisie est tout simplement la portion contentée et bien-pensante du peuple.

Si la misère a cela de bon qu’elle supprime la crainte des voleurs, il vient une heure où protester ne suffit plus : après la philosophie et les bons sentiments, il faut l’action.  Les hommes sont comme les lions, comme toutes les bêtes, comme tous les êtres vivants. La faim les rend féroces. Et qu'est-ce que la pauvreté, sinon une faim généralisée ?  C’est curieux comme l’argent aide à supporter la pauvreté !  Alors chassez la misère avant qu’elle ne chasse vos dernières illusions.

A bientôt, les Mortels !

10:05 Écrit par Damabiah dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : misere, pauvres, damabiah, pauvrete, pensees |  Facebook |

Commentaires

Jolie societé Ca m'a souvent fait grincer des dents de voir qu'on peut soulever des montagnes pour sauver un tigre en voie de disparition, de fonder des milliers de société protectrice des animaux...
A quand la première societé protectrice de l'humain?

Écrit par : Lueur | 29/06/2009

Les commentaires sont fermés.