01/03/2009

923ème jour au Paradis...

Dimanche…  

j_aime-le_dictionnaire

De temps en temps, il est de bon ton de briser la monotonie d’articles traitant de l’actualité mortelle morose par des exercices de style dont j’ai le secret.  Je plonge alors dans les recoins secrets des dictionnaires les plus volumineux et les plus savants pour en tirer des mots alambiqués, à l’origine douteuse, au sens abscons et, force est de le dire, totalement inutiles.  Donc absolument indispensables pour briller en société et laisser pantoise une assistance qui n’en attendait pas tant.  De plus, obliger mes lecteurs à une recherche plus approfondie est une saine et intellectuelle occupation qui les change d’une lecture rapide et parfois transversale de mes travaux.  Si je me casse la tête pour être plus philosophe et plus exigeant que les autres, pourquoi ne feriez-vous pas à votre tour un petit effort d’exploration lexicale ?

Comme le locuste qui fait son baluchon avant de dévaster des contrées entières, je pars à l’aventure des mots : je n’attends aucuns lods, aucun laurier apologétique.  Je déteste les vils caudataires obséquieux, thuriféraires qui marchandent leurs louanges contre quelque avantage quelconque.  Je ne travaille que pour l’amour des mots, Céladon transi par une langue exigeante.   Je suis philologue in partibus, lexicologue attentif, observateur horrifié du matricide prémédité que les jeunes d’aujourd’hui commettent envers leur langue si maternelle.   Ces vils utilisateurs de verritions abjectes sont autant de sicaires modernes, sans foi ni loi.  Pauvre langue française : tu es en train de mourir par la faute de la fatigue des nouvelles générations à se compliquer le phrasé.

Et pourtant, la musique des mots est faite d’harmonies et de contrepoints, d’appogiatures, de bécarres et de monodies.  Qu’il est doux de battre la mesure des phonèmes, de goûter la polyphonie des mots en ‘–isme’, tels les archaïsmes, les néologismes, les anglicismes ou encore les latinismes.  Qu’elle soit riche ou pauvre, la jolie langue française se corrompt, elle dégènére, quoique certains linguistes distingués parlent de ramification, de développement ou d’évolution.  A mes yeux, ce ne sont que bourdalou ou buen-retiro.  Et quand ma dacryoline se sera tarie, que me restera-t-il ?  Car j’aime la fureur poétique, les dithyrambes et les emphases ; je vénère les crases musclées, les élisions subtiles, les apocopes brutales.  Mais laissons là mon amour de la langue : je laisse aux jocrisses et aux cagnards le soin de l’enterrer.

Quand le sénevé me monte au nez, je le récupère pour une bonne rémoulade.  Rien ne doit se perdre.  Je ne vais tout de même pas me causer une épiplocèle alors que je suis déjà mort.  Ce serait un comble !  Je voudrai tant que mon préciput ne soit pas un prélegs et que tout le monde puisse bénéficier de mon expérience mortelle de l’usage des Belles-lettres.  Je voudrai que mes efforts pour conserver la pureté du beau langage étincellent comme un brassin de chrysolithes, de corindons, de marcassites et de sardoines ; je voudrai que mon travail soit considéré non comme un labeur inutile, comme un simple exercice de style ou comme une occupation gratuite et dénuée de fondement.  Cela m’éviterait cette contraction brûlante et parfois violente à l’épigastre, à chaque fois que j’observe vainement des commentaires qui ne viendront jamais.  

A bientôt, les Mortels !

Commentaires

oula... Va falloir que je revienne lire tout ça avec mon dictionnaire... Très bonne occasion, puisque j'affectionne particulièrement celui qui se trouve sur mon bureau et que j'ai une fâcheuse tendance à laisser s'endormir...
En tout cas : le but "céleste" est atteint !

Écrit par : Nautilus | 05/03/2009

~Réponse à Nautilus~ J"adore le dictionnaire mais je ne serai pas assez cruel que pour te faire plonger dans le Littré, d'où sont tirées certaines petites merveilles. Va donc ici : http://littre.reverso.net/dictionnaire-francais/
et tu trouveras ton bonheur.

Écrit par : Alexandre | 05/03/2009

Hihi... Grand merci du tuyau... (bien que j'avoue une préférence certaine pour tourner de vraies pages en papier ;-)

Écrit par : Nautilus | 06/03/2009

Les commentaires sont fermés.