06/12/2008

838ème jour au Paradis...

Samedi…

souris_blues

J’ai toujours entretenu avec mon matériel informatique une relation amour-haine partagée par des millions d’autres utilisateurs, autant au Paradis que sur la Terre.  En effet, dès que vous devenez un modeste spécialiste dans l’univers cybernétique et électronique, dès que le virus (dangereusement contagieux) de la technologie vous envahit, vous vous entourez des périphériques les plus performants et les plus à même de résister à l’usure du temps.  Douce utopie…

Ma souris tremble nerveusement sous ma main depuis qu’elle a commencé à donner des signes alarmants de sénilité précoce : double cliques aléatoires, tendance à l’usure prématurée et mouvements erratiques.  Elle a compris que ses jours de périphérique sont comptés.  Pourtant, elle n’a que quelques mois et elle était le summum de la technologie sans fil de l’époque.  Elle surclassait dédaigneusement ses sœurs, mères et grands-mères filaires et elle avait passé haut la main toute une batterie de tests impitoyables.  Oui mais voilà : dans l’univers sans pitié de l’informatique, ce qui dure lasse et les nouvelles générations se bousculent pour remplacer les précédentes, aussi neuves et innovantes qu’elles soient ou aient été.

Je ne supporte plus les caprices de ma souris, son vieillissement prématuré et sa voracité alarmante en matière de piles rechargeables.  Le sympathique embonpoint de son design a cédé la place à une inadmissible surcharge pondérale de consommation.  Malheureusement pour elle, ses héritières sont plus précises, plus jolies et plus efficace.  Et elles font preuve d’une sobriété qui confine à l’ascèse.  Mon mulot a le blues et se demande déjà ou il finira ses jours.  Comme rien n’est plus important pour moi que l’efficacité, sa mise à la retraite est d’actualité mais son avenir est bien la dernière de mes préoccupations.

Déjà d’autres périphériques frissonnent et s’inquiètent.  Mon imprimante couleurs fait grise mine, mon scanner peaufine son curriculum vitae et mes haut-parleurs donnent le meilleur d’eux-mêmes, on ne sait jamais…  D’autres pièces sont pensionnées et remplacées : bonjour le clavier rétro-éclairé, salut le PC bodybuildé.  Je ne recherche pas nécessairement le matériel dernier-cri mais depuis quelques temps, je deviens difficile et je trie mes périphériques sur le volet.  Bien qu’ils se bousculent pour se montrer sous leur meilleur jour, mes choix sont très sélectifs et mon tri est impitoyable.  Etre beau, sophistiqué ou économique ne suffit pas : il faudra être ergonomique et pratique pour emporter mon adhésion. 

Il est symptomatique de constater que rien n’est éternel au Paradis, quand on n’est pas humain !  Et encore : nous bénéficions de la gratuité divine sur tout matériel acquis !  Il en va tout autrement chez nos frères et sœurs mortels : dans leur cas précis, il faudra payer le prix fort pour réactualiser le parc informatique personnel.  La mise à niveau de leur équipement est surtout question de gros sous et beaucoup d’humains préfèrent garder un matériel obsolète, donc susceptible de rendre l’âme à tout moment, que de mettre la main au portefeuille, quitte à râler sur des périphériques cacochymes et antédiluviens qu’ils entretiennent du mieux qu’ils peuvent.  Parfois à coup de bidouillages amateurs.

L’informatique est décidément un domaine bien complexe où la vérité du jour n’est pas nécessairement celle du lendemain.

A bientôt, les Mortels !

20/07/2008

699ème jour au Paradis...

Dimanche…

 

ordinateur


Mon absence un peu 'prolongée' est dûe à l'achat, au montage et à la configuration d'un tout nouvel ordinateur, véritable bête de course.  Les aléas de sa préparation, de sa commande, de son montage, de sa première mise en marche et des problèmes inhérents m'ont donné la substance de ce nouvel article.  Bonne lecture !

 

Peu de choses extraordinaires viennent secouer la douce torpeur de notre Eternité paradisiaque.  Mais quand la rumeur céleste bruisse de l’annonce d’une naissance prochaine dans un endroit qui, par essence, est le territoire de chasse favori de Madame la Grande Faucheuse, cela tient de l’événement de l’année.  En dépit de l’excitation engendrée, il faut tout de même relativiser les choses : cette naissance ne concerne aucune forme de vie biologique.  Mais elle prend quand même toute son importance pour le futur heureux ‘papa’…

Quel Mortel n’a pas un jour tempêté contre les incohérences manifestées de temps à autre par son ordinateur préféré ?  Quelle Unité Carbone ne s’est pas arraché les cheveux devant la lenteur alarmante affichée par son outil de travail quotidien, sensé lui faciliter rapidement la vie et non pas la ralentir ?  Et ne parlons même pas des plantages, erreurs système et toute une clique de joyeux problèmes en tout genre.  Quand les symptômes persistent, malgré la visite d’un réparateur, le retour à l’usine ou une désinfection complète de l’engin, qui peut aller, horreur suprême, jusqu’au reformatage du disque dur, il faut se rendre à l’évidence : le fidèle PC (et sa mémoire (plus très) vive) est prêt à rendre l’âme ou, tout du moins, est-il temps qu’il prenne une retraite bien méritée.

Nécessité fait loi et l’Etre Humain dissimule des trésors d’amnésie affective qui lui font oublier rapidement le matériel qu’il a encore encensé la veille.  Et le voilà, catalogue en main, connexion Internet mise à sa disposition à portée de main, à la recherche du digne successeur de son défunt ordinateur.  L’offre est pléthorique, tout humain lambda normalement constitué et peu au fait de l’informatique risque facilement de se noyer sous le déluge de termes techniques qui se déversent sur lui.  Disque S-ATA, alimentation 650 W, ventilateur pour chipset ou disque dur, watercooling…j’en passe, et des meilleures !  Il est donc dans son intérêt de se munir d’un décodeur et d’un ami, versé dans la compréhension de ce langage ésotérique et qui pourra le conseiller utilement dans ses choix.

Une fois la gestation accomplie et que ses desiderata ont été clairement définis et satisfaits, il reste encore à faire œuvre d’accouchement.  Donner le jour à un PC peut parfois se révéler aussi compliqué et délicat qu’un accouchement biologique.  Le câble d’alimentation (cordon ombilical électronique) est-il assez long ?  La carte-mère est-elle suffisamment bien ventilée ?  Les barrettes de mémoire vive sont-elles fonctionnelles et opérationnelles ?  Les disques durs ne sont-ils pas trop gros pour la parturition ?  Une fois rassuré, le technicien peut commencer le travail et la délivrance est plus ou moins longue, suivant la taille et le poids du ‘bébé’.  Et quand, pour la toute première fois, les témoins led se mettent enfin à clignoter et que l’ordinateur pousse son premier bip et réussit sa première mise en marche, tout le monde respire.  

Bienvenue dans un nouveau monde de travail et de technologie, petit PC.  Ouvre grand ton écran, fais battre ton processeur et fais parler tes circuits imprimés.  Ta vie ne sera pas facile tous les jours et ton ‘papa’ de substitution ne voudra jamais entendre parler d’enfance ou d’adolescence, et encore moins de maladies de jeunesse ! Ne trahis jamais la confiance mise en toi et je te souhaite alors une plus ou moins longue vie !

A bientôt, les Mortels ! 

11:56 Écrit par Damabiah dans Humour | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : pc, ordinateur, nouveau, naissance, damabiah, humour |  Facebook |